pornographie

Les articles liés au sujet

1er avril 2010

Le métier d’acteur/actrice

La pornographie est la seule ramification du travail du sexe au sein de laquelle vous pouvez bénéficier de droits sociaux. Vous devez effectuer 507 heures de travail sur 10 mois calendaires pour bénéficier du statut d’intermittentE du spectacle. Cela vous donne droits aux assédics, aux congés spectacle, à la retraite et à la couverture sociale si le nombre de vos cachets est suffisant. Vous devez vous méfier de certaines productions. Il est d’usage dans la profession de ne pas déclarer l’intégralité (...) [la suite]

23 juin 2006

Dossier porno et sida

Rencontre avec Steve Paris

Steve Paris a débuté sa carrière en 2003 chez Stéphane Berry dans Plaisirs Multiples et a enchaîné les tournages, avec HPG, Cité Beur, Studio 8 et d’autres productions. Son regard bleu accrocheur et un fessier qui vaut le détour ont catalysé son ascension. Après 3 ans d’une activité diversifiée, il porte un regard lucide sur un milieu « pas toujours rose ». [la suite]

23 juin 2006

Dossier porno et sida

La situation en France

Pour que soit respecté le droit à la santé des actrices et des acteurs, l’idée d’imposer une visite médicale obligatoire semble particulièrement pertinente, si bien-sûr les impératifs élémentaires de prévention sont pris en considération lors de ces visites. [la suite]

23 juin 2006

Dossier porno et sida

Droits des actrices et des acteurs

La protection de la santé est un droit élémentaire auquel peut prétendre toutE employéE et qui incombe à l’employeurSE, eu égard au Code du travail. Les tournages réalisés sans préservatifs font prendre des risques considérables aux actrices et aux acteurs en termes de transmission des IST, dont le VIH/sida. [la suite]

23 juin 2006

Dossier porno et sida

La trop longue liste des actrices et des acteurs porno mortEs du sida

Que ce soit dans le porno gay ou le porno hétéro, le sida est une réalité qui continue encore aujourd’hui à tuer des acteurs et actrices. Voici une liste établie à partir des données issues de plusieurs sites internet*, données vérifiées, recoupées et complétées. [la suite]

23 juin 2006

Dossier porno et sida

La question de la fellation

Il faudrait que non seulement les pénétrations anales et vaginales soient protégées, que les éjaculations buccales n’aient plus cours, tant dans le porno gay que dans le porno hétéro (où elles sont légions), mais aussi que la fellation soit pratiquée avec préservatif. [la suite]

23 juin 2006

Dossier porno et sida

Le marketing bareback, ou comment rendre acceptable l’innacceptable

Impossible de ne pas le remarquer : aujourd’hui le bareback ne se cache plus. Il fut un temps où les films sans capote se trouvaient en bas des rayonnages ou sur des sites dissidents. Maintenant, des collections entières de films au marketing très ciblé et très visible sont mises en vente de façon décomplexée par les principaux distributeurs. [la suite]

23 juin 2006

Dossier Porno et sida

Des studios Replay à Pink TV un relapse qui n’en finit pas de se généraliser

Les tout premiers films bareback français de la décennie 2000 sont à attribuer aux studios Replay, qui en proposent, dès 2001, plus ou moins sous le manteau, sous forme de vente par correspondance. Aujourd’hui c’est Pink TV qui diffuse des films X datant d’avant l’épidémie avec des acteurs morts du sida depuis. Triste histoire. [la suite]

23 juin 2006

Dossier porno et sida

Intro

L’industrie du X gay n’a rien appris de cette épidémie qui a décimé la communauté. [la suite]

23 juin 2006

Brigitte Lahaie, Ovidie, Estelle Desanges, Helena Karel, Loïc Luke, Mathieu Mallet. Avec le soutien d’Act Up-Paris et de Couples contre le sida.

sida : porno sans capote, danger assuré

Face à la réalité de la pandémie et à son ampleur dans le monde, nous appelons l’industrie du X à plus de responsabilité. [la suite]

10 février 2006

Dominique Baudis s’engage en faveur d’une pornographie éthique et exemplaire

A la demande d’Act Up-Paris, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a envoyé lundi 30 janvier un courrier aux chaînes diffusant des programmes à caractère pornographique, les enjoignant à ne diffuser que des films X tournés avec préservatif ainsi qu’à placer un spot de prévention avant chaque film. Selon les engagements de Dominique Baudis, président du CSA, cette proposition ferme mais non contraignante pourrait, si elle n’était pas suivie d’effets, déboucher sur des mesures coercitives lors du renouvellement des conventions avec l’ensemble de ces chaînes. [la suite]

3 janvier 2006

Bareback Business

Cette tribune a été publiée dans le numéro d’Illico daté du 29 décembre 2005 et elle avait pour objet principal de relancer le débat communautaire à propos du porno bareback qu’Illico avait appelé de ses vœux mais qu’il était visiblement incapable de susciter. Le débat a donc pris la forme d’un dossier intitulé « vidéo bareback : le débat patine ». [la suite]

1er décembre 2005

Bareback Business

Nous aimons le sexe, nous nous protégeons et protégeons nos partenaires du VIH et d’autres infections sexuellement transmissibles. La responsabilité ne s’oppose en rien à une sexualité épanouie, au contraire, un comportement safe la garantit. [la suite]

25 juillet 2005

Producteurs et diffuseurs de vidéos bareback : entre logique commerciale et bonne conscience, il faut choisir

Une brochure de prévention, « Les génies du porno », cosignée par des associations de lutte contre le sida, dont Act Up-Paris, des producteurs et des diffuseurs de vidéos X gay, est aujourd’hui insérée dans les coffrets de porno homos. Dans le magazine Illico daté du 15 juillet dernier, Jacky Fougeray, du groupe Illico et de sa branche commerciale, Menstore, qui diffuse des vidéos X, commente ainsi la sortie de la brochure à laquelle son entreprise a participé : « Nous avons fait preuve de pragmatisme. Le marché du bareback existe. Nous avons choisi d’accompagner au mieux ce phénomène plutôt qu’une opposition franche qui n’aurait fait que déplacer le phénomène. » Outre notre colère, ces propos appellent plusieurs remarques. [la suite]

6 juin 2005

Studios Lagrange : le sida pour 1000 euros

Une dizaine de militants d’Act Up-Paris ont investi cet après-midi les bureaux du producteur de porno Jean-Luc Lagrange. Ses films pornos gays mettent en scène des relations sexuelles non protégées. [la suite]

Des photos sont disponibles

23 janvier 2003

Porno

L’an dernier, Studio Replay nous vantait avec ses films « 100 % jus de racaille » et « Racailles contre salopes », les mérites de la baise « 100% jus »... [la suite]

septembre 2001

Pour prouver que la lutte contre le sida est une priorité de son gouvernement

Lionel jospin censure une campagne de prévention

La campagne de prévention du VIH/sida prévue pour juillet 2001 a été censurée par Lionel jospin. En réaction à cette censure Act Up-Paris a zappé, le matin de la Gay Pride, le SIG. [la suite]

Les rubriques liées au sujet

Pornographie

[la suite]

les travailleuses et travailleurs du sexe

La législation française tient une position abolitionniste face à l’activité prostitutionnelle, c’est-à-dire qu’elle refuse toute réglementation de la prostitution. Il n’existe donc pas de droits spécifiquement ouverts pour cette activité : les personnes prostituées sont censées bénéficier des dispositifs de droit commun, mais des obstacles interviennent fréquemment dans l’accès aux droits. Avant toute démarche, n’hésitez pas à vous renseigner auprès des associations de soutien ou des permanences sociales et juridiques d’arrondissement. Beaucoup d’entre elles peuvent vous accompagner dans vos démarches (...) [la suite]

Les brèves liées au sujet

10 mai 2006

Poster boy Bareback !

« It isn’t just that I told the truth, it’s much more than that. I also offered a critique of HIV prevention » En 1997, Tony Valenzuela, acteur porno séropositif devint le poster boy du barebacking en déclarant publiquement qu’il prenait du plaisir et qu’il trouvait du sens au sexe sans capote. Poz (...) [la suite]

février 2000

« Les détenus peuvent-ils s’abonner à des revues de »charme » ? »

Des détenus nous ont contacté pour savoir s’il leur était possible de s’abonner à des revues telles que Honcho, All man, Projet X, etc… sans craindre la censure de l’administration pénitentiaire. Suite à un courrier du 13 mai 1999, et après quelques relances, le sous-directeur des personnes placées sous (...) [la suite]

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]