Essai Tenofovir/Viread : le REDS et Act Up-Paris prennent bonne note de l’intervention du Ministère de la santé camerounais

publié en ligne : 1er février 2005

Le REDS (Réseau Éthique Droit et Santé) et Act Up-Paris prennent bonne note de l’intervention du Ministère de la santé camerounais à propos de l’essai Tenofovir/Viread® mené auprès de prostituées de Douala. Néanmoins, le communiqué émis par le ministère ainsi que l’entretien accordé au Cameroon Tribune demandent quelques éléments de réponse. Act Up-Paris et le REDS ont donc co-signé une réponse qu’ils ont fait parvenir aux instances camerounaises.

Les principaux points de cette réponse sont les suivants :
- Ce que nous avons critiqué à plusieurs reprises n’est pas la bonne ou mauvaise application du protocole mais bien le protocole lui-même ainsi que le dispositif prévu pour le « counselling » de prévention. La commission d’enquête ne pourra donc pas répondre à cette attente fondamentale.
- Nous nous interrogeons sur la composition de ce comité d’experts : comportera-t-il des représentants associatifs indépendants ? Auditionnera-t-il les personnes directement concernées par l’essai et leurs représentants ? La protection de l’anonymat des personnes participant à l’essai ne doit pas être entendue à l’envers. Elle s’impose à l’instigateur de l’essai mais elle n’implique évidemment pas de museler l’expression des personnes incluses qui souhaiteraient s’exprimer.
- Plusieurs textes de références dont la Charte d’Helsinki établissent un lien fort entre la participation à un essai thérapeutique et la mise à disposition des traitements. En l’état ce lien n’est pas fait par le protocole de l’essai incriminé.

Le REDS et Act Up-Paris demandent aux autorités sanitaires camerounaises qu’elles suspendent le déroulement de l’essai en attendant que le laboratoire Gilead, le promoteur de l’essai (Family Health International) et son sponsor la fondation Bill et Melinda Gates financent :

  1. la mise en place d’un vrai dispositif de « counseling » individuel de prévention pour favoriser l’usage du préservatif féminin et masculin par les prostituées ;
  2. un programme de prévention piloté par une ONG indépendante de Care and Health Program, organisation chargée de l’essai au Cameroun ;
  3. la prise en charge complète des personnes séropositives qui ont été dépistées à l’entrée ou pendant l’essai (suivi médical, traitements contre les infections opportunistes, antirétroviraux si nécessaire).

Le texte intégral de notre réponse aux autorités camerounaises est également disponible

Traitements Recherche

Participez aux activités de la Commission <P ALIGN=CENTER>Traitements Recherche</p>

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]