Accueil du site > Traitements Recherche > Guerre aux labos > Sida : Roche ment aux malades du (...)

Sida : Roche ment aux malades du sida

publié en ligne : 30 novembre 1999

Aujourd’hui, mardi 30 novembre à 10H00, une quinzaine de militants d’Act Up-Paris se sont rendus au siège du Laboratoire Roche à Neuilly (92).

Ils ont commencé par occuper le hall d’entrée et crié : " Roche menteur, le sida on en meurt ".

8.000 personnes séropositives en France sont actuellement en échec de leur traitement et pour la plupart d’entre elle en situation d’impasse thérapeutique, pour toutes celles et ceux qui prennent au quotidien une polythérapie anti-sida, la survie se paye à coup d’effets secondaires plus ou moins invalidants, quand ils n’obligent pas purement et simplement l’arrêt de ces traitements. Chaque année en France plus de 6.000 personnes sont contaminées par le VIH, 16,3 millions de malades dans le monde sont morts du sida depuis le début de l’épidémie, cependant le laboratoire Roche fait paraitre dans les journaux médicaux une publicité qui affirme que " l’infection à VIH est devenue une pathologie chronique ".

Depuis presque un an, les associations de lutte contre le sida se sont regroupées pour alerter les malades, les médias, le grand public et les pouvoirs publics du problème des échappements thérapeutiques. Un message largement diffusé tant grâce au lobby contre certains laboratoires que par la presse qui a relayée ces informations, notamment le Quotidien du Médecin.

Ce même journal a pourtant fait paraître la publicité racoleuse du laboratoire Roche. Pour vendre leur inhibiteur de protéase, un slogan meurtrier ne leur suffit pas, il leur faut y adjoindre des visages, jeunes, beaux, souriants et pleins de vie, très éloignés de la maladie. " L’infection à VIH est devenue une pathologie chronique "... Il est vrai que les traitements actuellement sur le marché ont permis à ceux qui y ont accès de souffler, mais pas de respirer ou du moins à quel prix ?

Les effets secondaires s’accumulent : neuropathies, diarrhées, maux de têtes, vomissements, rashs et fièvre. Nous développons encore des infections opportunistes mortelles : cancer, cachexie, tuberculose, toxoplasmose, CMV, candidoses, pneumocystose, affections tumorales.

Nous sommes condamnés au " bon vouloir " des laboratoires pour avoir accès à leurs nouvelles molécules qui sont pour nous une question de vie ou de mort. Nous mourons, mais " l’infection à VIH est devenue une pathologie chronique "... En 1999, 5,6 millions personnes ont été contaminées dans le monde, 2,6 millions sont mortes pendant l’année.

A l’heure actuelle, 34 millions de personnes sont atteintes par le sida, dont près de 95 % vivent dans les pays du sud. Etre séropositif dans le Sud signifie, ne pas avoir de traitements, ni antirétroviraux ni même médicaments contre les infections opportunistes. Etre séropositif dans le Sud signifie la mort et la souffrance. Des chiffres qui ne font pas le poids face aux tristes bénéfices de Roche : 17.919.360.000 F pour l’année 1998. A force d’être confrontés à l’industrie pharmaceutique, nous avons appris à nous en méfier. Leur insistance à définir le sida comme une pathologie chronique cache une autre maladie plus persistante celle-là ; la recherche du profit.

Act Up-Paris dénonce la politique de communication du laboratoire Roche.
Act Up-Paris exige que le laboratoire Roche retire cette publicité immédiatement.

Traitements Recherche

Participez aux activités de la Commission <P ALIGN=CENTER>Traitements Recherche</p>

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]