Accueil du site > Prison > Le projet de loi sur la rétention de (...)

Le projet de loi sur la rétention de sûreté doit être retiré

publié en ligne : 29 janvier 2008

Act Up-Paris réitère son opposition au projet de loi de Rachida Dati qui remet en cause le secret médical en détention, et participera ce mercredi 30 janvier à la conférence de presse à 11h à la Bourse du Travail ainsi qu’à la manifestation place de la Sorbonne à 14h, aux côtés des signataires de l’appel contrelaretentiondesurete.fr.

Amendé et durci en première lecture à l’Assemblée Nationale le 8 janvier dernier, le projet de loi sur la rétention de sûreté sera débattu ce mercredi 30 novembre au Sénat. Même si elles sont adoptées, les corrections apportées entre temps par la Commission des lois ne suffiront pas à rendre acceptable un texte qui porte atteinte aux droits humains fondamentaux.

Cette peine de prison à vie qui ne veut pas dire son nom pose en particulier de graves problèmes éthiques concernant l’usage du secret médical en détention.

Act Up-Paris, signataire de l’appel contrelaretentiondesurete.fr, à l’initiative du SNEPAP-FSU, du Syndicat de la Magistrature et du GENEPI participera à la conférence de presse ce mercredi 30 janvier à 11 heures à la Bourse du travail, 3 rue du Château d’eau, Paris X, salle Louise Michel, puis au rassemblement à 14h, place de la Sorbonne.

Nous manifesterons notre colère face à un projet de loi qui constitue une grave dérive sécuritaire et ouvre une première faille quant à l’indépendance des médecins exerçants en détention vis-à-vis de l’Administration Pénitentiaire.

Act Up-Paris exige :
- que ce projet de loi soit immédiatement retiré ;
- que soit réaffirmée l’indépendance des médecins vis-à-vis de l’Administration Pénitentiaire ;
- que le secret médical reste inviolable, y compris en détention.

Prison

Participez aux activités de la Commission <P ALIGN=CENTER>Prison</p>

  • La prison est un lieu où, hier comme aujourd’hui, les droits des personnes incarcérées ne sont pas respectés, ceux des prisonnierEs malades du sida encore moins.

    [la suite]

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]