Accueil du site > Traitements Recherche > “ Mais qui s’intéresse encore à 8 000 (...)

Communiqué d’un malade en échappement

“ Mais qui s’intéresse encore à 8 000 morts-vivants ? ”

par Stéphane Lebard

publié en ligne : décembre 1999 dans Action 64

J’ai 32 ans. Comme 8 000 personnes séropositives en France, je suis actuellement en échec thérapeutique. Plus aucun traitement n’a d’effet sur moi. Après une accalmie de quelques mois et onze ans de lutte contre la maladie, ma vie est à nouveau menaçée. Mais qui s’interressera encore à huit mille morts-vivants ?

J’ai par conséquent décidé d’entamer une grève de la faim qui a débuté jeudi soir, pour faire entendre la voix de 8 000 malades en France, et tenter d’obtenir :
- La démission de Dominique Gillot, ministre de la Santé,
- Des mesures claires et immédiates concernant la mise à dispositions des nouveaux médicaments à l’ensemble des malades en situation d’échec thérapeuthiques,
- La mise en place par le gouvernement de procédures de contrôles, d’information concernant l’état de la recherche et sa diffusion,
- Des mesures financières pour relancer la recherche et le soutien aux associations militantes,
- Un plan de mesures concernant la prise en charge du sida en milieu carcéral,
- L’élaboration, à l’initiative de la France, d’un vrai programme international d’aide aux pays du Sud,
- Réforme et revalorisation de l’AAH,

En résumé, une position ferme et claire des pouvoirs publics qui tende à prouver que le gouvernement de Monsieur Jospin n’a pas renoncé, sitôt les projecteurs éteints, à faire de la lutte contre le sida une priorité. Il ne s’agit en France " que " de 8 000 personnes. La situation ailleurs est pire encore. Devons-nous nous en consoler ? Depuis 15 ans en France, l’épidémie est passée du stade de catastrophe sanitaire mobilisant comme jamais l’opinion, à celui d’un drame humain parmi d’autres, pour devenir enfin un gentil petit génocide discret de 8 000 cas qui n’interressent plus personnes. 7 999. 7 998. 7 997.....

Pas les laboratoires qui disposent de nouveaux médicaments et refusent de les mettre à dispositions pour des raisons économiques et par calcul commercial : les malades traités depuis longtemps ont une bien plus mauvaise réponse au traitement que les malades contaminés récemment, et ne sont donc pas les meilleurs ambassadeurs d’un médicament qui peut rapporter gros. La stratégie commerciale des laboratoires (particulièrement Abbott) méprise ouvertement les cas les plus urgents.

Pas le gouvernement et son ministre de la Santé fantôme, Madame Dominique Gillot, qui tient en toute impunité des positions désastreuses, visant à désamorcer le peu d’énergie des militants sous couvert d’un discours psycho-philosophique qui relève du crime contre l’humanité.

Pas l’opinion publique, les medias, les stars.... tous démobilisés devant l’ampleur d’une lutte à mener pour sauver 8 000 malheureuses têtes de bétail....

Traitements Recherche

Participez aux activités de la Commission <P ALIGN=CENTER>Traitements Recherche</p>

[ réalisé avec SPIP | À propos de ce site | fil RSS ]